Loading...

Thursday, December 27, 2007

Les attentats d'Alger : une population prise en otage par les luttes de clans

Le 11 décembre 2007, Alger vient encore une fois d'être le théâtre de deux attentats meurtriers – ciblant le Conseil constitutionnel et un bâtiment de l'ONU – qui ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. Une fois de plus attribués aux islamistes, ces attentats ne feront l'objet d'aucune enquête policière ou judiciaire : les auteurs des explosions ayant été tués, comme d'habitude, aucune instruction digne de ce nom ne suivra. Jusqu'à nos jours, aucune enquête sérieuse n'a été diligentée à propos des massacres de Raïs (300 morts), Bentalha (477 morts), Ramka (1 000 morts) et d'autres perpétrés en 1997 et 1998. Dix ans plus tard, la grande majorité de la population algérienne est convaincue que ces tueries ont été le fait d'islamistes manipulés par les chefs du DRS (la police politique), dans le cadre de la lutte de clans qui les opposait alors à celui du président Liamine Zéroual (1). De même aujourd'hui, la revendication des derniers attentats par Al-Qaida du Maghreb (AQMI, ex-GSPC) n'est pas prise pour argent comptant par l'opinion, qui pointe derrière ce groupe des commanditaires au sein du pouvoir algérien – notoirement traversé depuis 2006 par une nouvelle lutte de clans, opposant les chefs du DRS aux forces (dont certains chefs de l'armée) rassemblées derrière la figure du président Bouteflika. Étonnamment, plusieurs journalistes de la presse algérienne, pourtant farouchement hostiles aux islamistes, se sont faits en partie l'écho de ces questionnements de la population. De fait, dans les jours qui suivent les attentats, en lisant la presse et en recoupant les déclarations de certains officiels du « clan Bouteflika », on relève de nombreux indices montrant que la thèse de la lutte des clans au sommet du pouvoir est la plus plausible et que ses protagonistes ont tenu à le faire savoir. Évidemment, les indices ne sont pas des preuves, mais leur concordance est pour le moins surprenante. Le premier est rapporté par le quotidien El-Watan qui, dans son édition du 12 décembre 2007, s'étonne de l'acharnement d'un officier supérieur du GIS (une police dépendant du ministère de la Défense nationale) à éloigner les journalistes des lieux des attentats. L'auteur de l'article y voit « une volonté délibérée de cacher la vérité à l'opinion publique ». Mais quelle vérité les militaires du GIS voudraient-ils cacher ? Un autre indice est une phrase lancée par le ministre de l'Intérieur, Noureddine Zerhouni, lors de sa conférence de presse, avançant que les attentats sont liés à la question du troisième mandat présidentiel : le ministre pointait ainsi du doigt ceux qui refusent que Bouteflika soit candidat à sa propre succession en 2009, péripétie politicienne pourtant parfaitement étrangère aux discours mortifères affichés par l'AQMI-GSPC sur ses sites Web. Refusant de reconnaître la pertinence de la dénomination « Al-Qaida au Maghreb » et continuant de citer le GSPC (comme pour mieux souligner l'origine strictement algérienne des responsables des attentats), le ministre de l'Intérieur en a rajouté lors de sa visite sur les lieux des deux drames : d'une part, a-t-il déclaré, « les services de sécurité savaient, depuis des mois, que le siège du Conseil constitutionnel figurait parmi les cibles des groupes terroristes » ; et, d'autre part, ces derniers « ont acquis une grande capacité d'infiltration des groupes terroristes, et ils sont parvenus à affaiblir un grand nombre de ces groupes ». D'où les questions implicites (en fait transparentes pour le « sérail algérois ») : s'ils sont si efficaces, pourquoi ces services de sécurité n'ont-ils pu déjouer un tel attentat, d'autant plus qu'il ne s'agissait pas de cibles anodines ? Ses chefs les auraient-ils laissés se commettre (voire les auraient commandités) po ur prouver que Bouteflika aurait échoué dans sa politique de réconciliation et que, par conséquent, il n'aurait pas à se porter candidat pour la troisième fois ? Autre indice : un reportage organisé à chaud par la radio nationale Chaîne trois, dans lequel de nombreux citoyens interrogés ont demandé… la démission du président. Quand on sait le contrôle total qu'exerce le DRS sur la radio et la télévision publiques, ce reportage parle de lui-même. Une autre « anomalie » flagrante concerne les cibles des attentats – hautement symboliques – et leur mode opératoire. L'immeuble de l'ONU est situé à Hydra et le Conseil constitutionnel à Ben-Aknoun : deux quartiers hautement sécurisés d'Alger, sièges, pour le premier, des résidences des plus hautes autorités du régime et, pour le second, de nombreux établissements militaires (dont des casernes du DRS). Rappelons que le 11 avril 2007, le Palais du gouvernement et un important commissariat, dans des quartiers tout autant quadrillés, avaient été ciblés de la même manière, faisant 30 morts et plus de 200 blessés. Comment croire que des véhicules bourrés de près d'une tonne d'explosifs – selon la version officielle et celle donnée par l'AQMI – auraient pu se déplacer tranquillement sans être interceptés par des forces de sécurité omniprésentes et attentives au moindre fait suspect, à moins d'un « relâchement » programmé de ces dernières (selon un sinistre scénario largement attesté lors des massacres de 1997) ? Comment croire qu'un groupe terroriste réputé être au bord de l'agonie (du fait des « coups de boutoir » de la répression antiterroriste, selon le leitmotiv de l'« information sécuritaire ») aurait pu aussi facilement mener à bien de tels attentats, qui demandent des moyens matériels et humains, ainsi qu'une capacité d'organisation difficilement concevables de la part d'un groupe « en pleine déliquescence » ? Ces attentats font ainsi douloureusement écho aux massacres de 1997, qui avaient fini par pousser le général Liamine Zéroual à la démission un an plus tard. Aujourd'hui, c'est son successeur – ou plutôt le clan de ceux qui se cachent derrière lui – Abdelaziz Bouteflika qui semble à nouveau visé par ceux qui l'avaient fait élire en 1999 (le clan du général Mohamed « Tewfik » Médiène, chef inamovible du DRS depuis 1990) et dont il a voulu s'émanciper. En atteste, parmi bien d'autres drames, celui du 6 septembre 2007 à Batna : alors que le président se trouvait encore à 20 km de la ville, un attentat suicide a visé la foule qui l'attendait sur le chemin qu'il devait emprunter, faisant 22 morts et plus de 100 blessés . Le souvenir de l'assassinat du président Mohammed Boudiaf en juin 1992, en direct à la télévision – dont tous les Algériens savent qu'il a été orchestré par les chefs du DRS –, ne s'estompe pas si facilement… Le président Bouteflika a pourtant globalement mené à bien la mission que lui avaient assignée ses mentors du DRS : il a rendu l'Algérie fréquentable (même si les pétrodollars y sont aussi pour beaucoup) et il a fait passer en 2005 une loi dite « de la paix et la réconciliation ». Celle-ci équivaut à une amnistie totale des crimes des années 1990 (perpétrés par les forces de sécurité comme par les groupes armés se réclamant de l'islam) et a instauré l'interdiction de parler des années de sang sous peine de prison. Néanmoins, surtout depuis 2006, en s'appuyant sur les adversaires du « clan Tewfik » (dont les chefs de l'armée écartés par ce dernier), il a tenté d'élargir son influence dans d'importants secteurs du pouvoir algérien. Et, la conjoncture internationale aidant, il a pris, grâce à ses alliés, plusieurs décisions directement contraires aux intérêts des chefs du DRS et de leurs alliés civils : abrogation, en juillet 2006, des dispositions de la loi sur les hydrocarbures qui auraient permis – pour le plus grand profit des généraux liés aux Américains et touchant des commissions sur ces transactions – l'attribution de concessions aux entreprises pétrolières étrangères et bradé la propriété des réserves de pétrole et de gaz ; annulation de gros contrats avec des firmes américaines (dont un projet de quelque 3,5 milliards de dollars avec Anadarco) et liquidation de la société mixte algéro-américaine Brown & Roots Condor ; arrêt de la construction, déjà largement avancée, d'une importante base militaire américaine près de Tamanrasset ; intensification de la coopération militaire (et des grands contrats d'armement) avec la Russie ; etc. (2)Dans ce contexte, le choix des cibles des attentats du 11 décembre peut être compris comme la délivrance de sinistres « messages » au « clan Bouteflika », mais aussi à d'autres destinataires. Aux membres du Conseil constitutionnel : l'attaque contre leur siège vise à les dissuader de parrainer la révision de la Constitution nécessaire pour un troisième mandat du président Bouteflika. À la communauté internationale ( dont les services connaissent parfaitement la vraie nature de l'AQMI-GSPC ) : l'attentat contre le siège de deux organismes de l'ONU est une manière pour les chefs du DRS de lui faire savoir que le clan Bouteflika ne peut assurer la sécurité des étrangers en Algérie et qu'ils doivent s'en remettre à eux seuls. C'est bien ce que semblait confirmer , le lendemain même des attentats, l'éditorialiste – réputé très proche du DRS – du quotidien Liberté : il écrivait que, pour le GSPC, le fait d'avoir ciblé un immeuble de l'ONU était une « manière de signifier aux étrangers que l'État algérien est incapable de protéger ses hôtes ». C'est cette toile de fond, bien plus que les élucubrations des pseudo-experts internationaux ès terrorisme sur Al-Qaida, qui donne la trame explicative des dramatiques attentats frappant des civils innocents depuis le printemps 2006 (3). Et pendant ce temps, cette guerre larvée continue de prendre en otage une population broyée par l'insécurité, la pauvreté, le chômage et la malvie. En un mot, la hogra .
http://www.algerie-tpp.org/tpp/pdf/dossier_2_massacres.pdf .

No comments: