Loading...

Monday, June 30, 2008

La corruption ne recule pas en Algérie malgré l’engagement du président Abdelaziz Bouteflika à en faire sa priorité lors de son élection en 1999

Il ne se passe pas un jour en Algérie sans qu’on apprenne l’arrivée de nouvelles « techniques » corruptives dans de nouveaux domaines, le fléau de la corruption connaissant une expansion ahurissante en Algérie, la tache d’huile atteignant, par une osmose de maléfique contagion, les sphères d’activité en principe les moins sujettes à cette sinistre tentation du pot-de-vin, mais aussi des détenteurs de postes censés être au-dessus de tout soupçon en la matière. Hier encore, le directeur du commerce d’Alger dévoilait une méthode sournoise de se faire attribuer des lots de matériaux de construction, en usant de faux contrats, documents scannés, tout simplement. Ne pas se rendre compte d’une si grosse ficelle ne peut être le fait que de deux éventualités : soit l’agent qui octroie la marchandise est aveugle face aux contrats contrefaits, soit il ferme les yeux en se faisant « graisser la patte ». La vox populi se charge souvent de dévoiler le pot aux roses et si la rumeur se trompe parfois en d’autres cas, force est de reconnaître la toute puissance de l’adage « pas de fumée sans feu ».
C’est en réalité pour prémunir la bonne graine qui tient encore debout l’administration, grâce à la probité et à l’intégrité de fonctionnaires dévoués, qu’une opération révolutionnaire (le mot n’est pas trop fort au vu de l’ampleur de la tâche) doit être déclenchée contre l’ivraie du duo diabolique corrompus-corrupteurs. Il y a eu par le passé des campagnes de lutte contre la corruption en Algérie, dites d’assainissement, qui ont eu le résultat inverse, celui de traumatiser pour le restant de leurs jours des cadres gestionnaires de haute lignée, parce que dans la foulée de la pseudo- moralisation, la chasse a été lancée sans ménagement et sans distinction contre le meilleur et le pire, contre le coupable et le suspect. C’est pour cela qu’il faudrait bannir à jamais des mœurs publiques le vocable de « campagne », pour lui substituer celui d’une entreprise de longue haleine, inscrite dans la durée et ancrée dans les mœurs pour que la pratique de la corruption, ce mal qui ronge la société comme un rat ronge un meuble vermoulu (ici des agents et responsables véreux), soit définitivement rangée dans le placard aux oubliettes. Les masses colossales injectées dans les grands chantiers mis en route en Algérie n’ont pas manqué d’aiguiser les appétits voraces des assoiffés d’argent mal acquis. Face à eux doit s’aiguiser une autre arme, celle de la répression sans faille et sans état d’âme.
Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com D’après le Jour d’Algérie
dimanche 29 juin 2008.

No comments: