Loading...

Wednesday, April 08, 2009

Quelques jours avant la présidentielle, Alger interdit L'Express

Le dernier numéro de l'hebdomadaire a été saisi pour "atteinte aux valeurs nationales". Un article consacré à Abdelaziz Bouteflika, qui brigue un troisième mandat à la présidentielle de jeudi, pourrait être en cause.
Abdelaziz Bouteflika lors d'un meeting de campagne à Alger, le 6 avril (Sipa) L'Algérie a interdit de vente le dernier numéro de l'hebdomadaire français L'Express, pour "atteinte aux valeurs nationales"."Le dernier numéro de l'Express a été saisi samedi en application de l'article 26 du code de l'Information 07/90", a indiqué mardi 7 avril à l'AFP une responsable du secrétariat d'Etat algérien chargé de la Communication, sans préciser le ou les articles de l'hebdomadaire à l'origine de l'interdiction.L'article 26 du code algérien de l'information stipule notamment que "les publications périodiques et spécialisées nationales ou étrangères, quelles que soient leur nature et leur destination, ne doivent comporter ni illustration, ni récit, ni information ou insertion contraires à la morale islamique, aux valeurs nationales, aux droits de l'Homme ou faire l'apologie du racisme, du fanatisme et de la trahison".
Un article sur BouteflikaDans l'édition interdite, L'Express a publié un article sur le président Abdelaziz Bouteflika qui brigue un troisième mandat à la présidentielle de jeudi.Le 2 novembre, l'Expression avait fait déjà l'objet d'une interdiction en Algérie pour atteinte à l'Islam.La Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH, indépendante) a estimé de son côté que la couverture médiatique de la campagne électorale a favorisé le président sortant Bouteflika."Il n'y avait pas d'équité entre les candidats dans les médias et "M. Bouteflika a été favorisé d'une manière flagrante", a déclaré le président de la LADDH, Me Mustapha Bouchachi, au cours d'une conférence de presse à Alger.
Opération de surveillance des médiasMe Bouchachi a également dénoncé le "parti pris" de l'administration, censée rester neutre durant la campagne électorale, selon lui. "Le gouvernement et les institutions officielles ont fait campagne en faveur du président Bouteflika", a-t-il dit.Mustapha Bouchachi s'exprimait à l'occasion de la présentation par la LADDH des résultats d'une opération de surveillance des médias algériens durant la campagne électorale pour l'élection présidentielle du 9 avril. L'objectif de cette opération est de mesurer les performances des médias durant cette campagne et de vérifier s'ils ont été en mesure de fournir aux électeurs une information fiable et crédible, leur permettant de se faire une opinion précise, selon la Ligue.
Bouteflika se taille la part du lionSelon cette étude préliminaire, réalisée entre le 19 mars, jour du début de la campagne électorale, et le 1er avril, Abdelaziz Bouteflika s'est taillé la part du lion avec 27,63% dans la couverture médiatique. Il est suivi du gouvernement avec 14,91%, qui a fait campagne pour Bouteflika, selon les auteurs de l'enquête.Les adversaires d'Abdelaziz Bouteflika restent à la traîne avec des taux oscillant entre 8,26% et 10,50%. Les partisans du boycottage de l'élection du 9 avril ferment la marche avec à peine 1,72%, selon la même étude.
NOUVELOBS.COM 08.04.2009

No comments: