Loading...

Thursday, October 22, 2009

Diar Echems, l’enfer au cœur d’Alger, Des conditions de vie inhumaines

Des « damnés de la terre », il en existe encore en Algérie de 2009. Non loin du siège de la présidence de la République et à quelques kilomètres seulement des quartiers huppés de la capitale (le Golf et Hydra), près de 40 000 citoyens algériens sont nés et vivent encore dans la misère. Ils ne voient pas la lueur du soleil et ils rêvent toujours d’un avenir meilleur qui tarde à se profiler à l’horizon. Il s’agit des habitants de la cité Diar Echems, dont le nom, qui veut dire en français « les maisons du soleil », ne reflète aucunement la situation dans laquelle 1500 familles y habitent. Aujourd’hui, la cité est devenue célèbre. Non pas par la haute qualité de vie de ses résidents, mais parce qu’elle est sortie de l’anonymat suite aux violentes émeutes qui ont éclaté, lundi et mardi derniers, dans le quartier. Des événements qui ont fait la une de la presse nationale et des chaînes de télévision étrangères. Le voile est levé sur la situation d’une partie de la population algéroise.
Pour connaître les raisons d’une révolte subite et violente, nous sommes allés à la rencontre des jeunes qui ont donné, deux jours durant, du fil à retordre à la police antiémeute. Voyage à l’intérieur d’une véritable favela algérienne…Hier, mercredi 21 octobre 2009, il était environ 10h30, quand nous sommes arrivés sur place. Et notre surprise fut grande. Ces hauts immeubles que l’on voit de loin ne sont en réalité que des carcasses qui cachent, tant bien que mal, la misère de centaines de familles. Adossés aux murs, des dizaines de jeunes et de vieux semblaient attendre des visites. En voyant notre véhicule, ils viennent en courant. « Vous êtes de quel journal ? », nous apostrophe l’un d’eux. En apprenant notre identité, ils se montrent accueillants. « Bienvenus aux HLM (Habitants des Logements Misérables) ! », nous lance Belaïd, fonctionnaire. Accompagné d’un groupe de jeunes et d’hommes d’un certain âge, il se présente comme le représentant des habitants de la cité. Mais c’est le plus vieux du groupe qui prend la parole pour nous résumer le fond du problème. « Cette cité a été construite par la France en 1958 et elle était réservée, à l’époque, aux "indigènes" (les citoyens algériens, ndlr). L’appartement le plus vaste dans ces bâtiments a une superficie de 27 m2. Même les prisonniers d’El Harrach ont droit à 4 m2 chacun. Nous, nous dormons à 11 ou 12 personnes dans une seule pièce de 27 m2. Aucun d’entre nous n’a droit aux 4 m2 dont disposent les prisonniers », déplore notre interlocuteur. Selon lui, les habitants « ne demandent qu’un droit légitime : avoir un logement décent. » « Nous ne pouvons plus patienter. 50 ans dans une seule pièce, c’est trop », déclare un autre membre du collectif en question.
« Nous ne sommes pas des voyous »
Les personnes interrogées accusent le maire de la commune d’El Madania d’être à l’origine des derniers événements. « Non seulement il a octroyé des logements à trois femmes célibataires et étrangères à la cité, mais il ne nous a accordé aucun respect. Quand il est venu ici négocier avec nous, il était ivre. C’est lui qui est à l’origine de ces événements », disent-ils. Selon eux, les jeunes révoltés ne sont pas des voyous. « C’est toute la cité qui est révoltée. Nos jeunes ne sont pas des voyous et les déclarations du maire ne sont pas vraies », rectifient-ils. En donnant leur version des faits, les représentants de la cité nous invitent à visiter leurs immeubles de l’intérieur. Première halte, une cage d’escalier. Servant de cave pour les ordures, cette dernière est actuellement un abri pour la famille Belhadj. Le père, la mère et les trois filles qui composent cette famille ne voient jamais le jour se lever. « J’ai aménagé le peu d’espace qui existe dans cette cave en chambre à coucher et en cuisine. Je ne dispose même pas de toilettes. De plus, l’humidité nous menace quotidiennement », déclare ce père de famille. Comme lui, de nombreux jeunes ont dû exploiter d’autres cages d’escalier et des couloirs des bâtiments pour pouvoir s’y abriter, eux et les membres de leurs familles. Les plus chanceux d’entre eux logent dans des F1 ou F2 très étroits. Mais, ce n’est pas le paradis. C’est plutôt l’enfer. Des familles composées de 12 à 14 membres s’entassent dans une seule pièce. En effet, les grands-pères, les grands-mères, les fils, les brus et les enfants se débrouillent comme ils peuvent pour dormir. Ici, l’intimité est inexistante. « Nous dormons à tour de rôle. Les jeunes, eux, passent la nuit à la belle étoile en attendant le lever du jour pour prendre place dans un coin de la maison », précise un membre de la famille Amrani. Khadraoui Toufik et son frère, tous les deux mariés, partagent une chambre et un balcon. « Moi, j’occupe le balcon avec ma femme et mon enfant et j’ai cédé la chambre à mon frère. Parfois, je me sens gêné quand je rentre à la maison le soir », affirme-t-il. Dans cette cité, il y a également des personnes âgées et très malades.
Les femmes occupent les balcons et les hommes les couloirs
Certains d’entre elles sont d’anciens moudjahidine. C’est le cas de M. Chrarek, un vieil aveugle, que nous avons trouvé alité. « Ce n’est pas une vie ! », tonne une de ses filles qui dénonce la mauvaise prise en charge de son père. Alors, pour fuir l’étroitesse des logements, certains jeunes mariés ont décidé de quitter la maison familiale. Pas pour aller ailleurs, mais pour habiter un taudis qu’ils ont construit au pied des bâtiments. « Où est notre droit ? Nous n’avons rien eu des richesses nationales. D’où notre révolte. A travers cette protestation, nous voulons interpeller les hautes autorités du pays », estime Dris Abderrahmane. Les habitants de Diar Echems reviennent à cette occasion sur les émeutes de la veille. Ils se plaignent de la brutalité des forces antiémeute à leur égard. « Des dizaines de bombes lacrymogènes périmées ont été balancées même à l’intérieur des maisons. Nos enfants et les personnes malades ont failli mourir asphyxiés », déplorent-ils en montrant les douilles de ces engins. Cette situation démasque les discours et les chiffres officiels sur la prise en charge des citoyens et le nombre de logements construits. Pourquoi a-t-on entretenu un tel bourbier ? EL WATAN 20/10/2009

No comments: