Loading...

Wednesday, April 28, 2010

Séquestrés des camps de Tindouf: un rapport de l'OLAF met l'Algérie et les séparatistes devant leurs responsabilités

Bruxelles-Le flou entretenu autour du nombre réel des personnes vivant dans les camps de Tindouf autorise toutes les dérives, à commencer par les détournements des aides qui leur sont destinées, que l'Office européen de lutte antifraude (OLAF) vient de révéler dans un rapport confidentiel.
Ce recensement sollicité par maintes organisations humanitaires, dont le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) et demandé solennellement par le Maroc, est refusé, depuis plus de trois décennies par l'Algérie et les séparatistes.

A cet égard, MM. Claude Moniquet, président de l'European Strategic Intelligence and Security Center ( ESISC) et Dimitri Dombret, chercheur associé dans ce même institut relèvent que "Si le refus de l'Algérie, injustifiable, peut néanmoins s'expliquer facilement eu égard à l'état de ses relations avec le Maroc et par son besoin de propagande politique sur la question des +réfugiés+ présents sur son sol, le refus du Polisario est, quant à lui, principalement motivé par les profits illégaux que ses dirigeants opèrent grâce à une surestimation " du nombre des personnes vivant dans les camps et, par voie de conséquence, à une aide humanitaire plus importante.

Les experts de l'ESISC retiennent à ce propos qu'en 1978, l'Algérie parlait de 50.000 personnes dans un rapport remis au HCR. Trois années plus tard, les séparatistes brandissaient le chiffre de 300.000 personnes alors que certaines ONG qui leur sont inféodées ont eu l'outrecuidance d'avancer le chiffre ahurissant de 700.000 personnes.

"Depuis le milieu des années 90, tant le Polisario que les autorités d'Alger estiment la population sahraouie des camps à 165.000 personnes. Un chiffre qui n'a pas été accrédité par le PAM (Programme alimentaire mondial) et le HCR, lesquels ont décidé d'accorder leur assistance humanitaire à une population évaluée à 90.000 personnes", rappelle l'ESISC, en faisant remarquer que, selon les différentes évaluations de la population effectuées par des experts en démographie sur base d'images satellites ou encore sur base de témoignages de responsables du Polisario ralliés au Maroc, le nombre des personnes séquestrées dans les camps se situerait entre 40.000 et 50.000.

Pour l'ESISC, le décalage entre la population réelle et la population estimée pose de nombreux problèmes : "Il rend l'ajustement de l'aide impossible, car il est crucial de pouvoir fournir, notamment aux enfants en bas âge, un régime nutritionnel adapté ".

Ce flou sciemment entretenu autour de ce chiffre, contribue à couvrir les trafics en tous genres et le détournement de l'aide humanitaire puisque le HCR ne dispose pas d'une présence permanente dans les camps de Tindouf et que, de façon générale, les visites "étrangères" dans les camps sont très largement limitées et contrôlées par l'Algérie.

Face à cette situation, les populations séquestrées "sont, bien entendu, les premières victimes de ces pratiques de détournement de l'aide internationale, largement condamnées par différentes organisations internationales. Au premier chef, bien entendu, par le HCR mais aussi par le PAM et par l'ONG américaine US Committee for Refugees and Immigrant (USCRI) qui, dans un récent rapport a dressé un bilan catastrophique des conditions de vie de ces populations.

Voici le rapport CONSULTABLE SUR LE SITE : http://www.esisc.org/

No comments: